Plateformes d'essais

Confort sonore, performance acoustique, respect de la réglementation : répondre à ces exigences suppose de connaître les caractéristiques acoustiques des matériaux et composants d'un ouvrage (bâtiment, infrastructure urbaine ou moyen de transport). Le CSTB réalise les mesures adaptées au sein de son laboratoire européen d'acoustique, au travers de prestations accréditées COFRAC n°1-0305 (portée disponible sur www.cofrac.fr). Le LABE, installé à Marne-la-Vallée, dispose de neuf postes d'essais sur 2 000 m². Il est complété par des bancs d'essais spécifiques à Grenoble. Par ailleurs, pour enrichir l'analyse, le CSTB peut recourir à des logiciels de simulation. Il accompagne ainsi les acteurs dans la conception et l'adaptation de nombreux systèmes, dans des délais très courts et selon les normes internationales (NF, EN, ISO ou ASTM).

LABE
Laboratoire européen d'acoustique du CSTB (LABE)

Le CSTB réalise des essais sur les matériaux solides, visqueux ou poreux pour étudier leurs propriétés acoustiques. Il étudie également la qualité acoustique d'un ensemble très large de produits, systèmes et équipements. Les données acquises grâce aux essais sont essentielles pour accompagner l'innovation et développer une offre de qualité, et pour calculer la contribution de chaque élément à la performance acoustique d'un ouvrage (bâtiment, route, automobile, bateau, avion, train).

L'affaiblissement et l'isolement acoustique aux bruits aériens

Par bruit aérien, on désigne les bruits de rue, de véhicules, les cris, conversations, chants de personnes ou encore les bruits émis par la télévision, les appareils de musique, etc. Dans son laboratoire acoustique, le CSTB mesure la capacité d'un élément du bâtiment à atténuer la transmission de ces bruits aériens. Les essais concernent les éléments horizontaux (plancher, plafond, revêtement de sol, etc.) et verticaux (panneau, bloc baie, bloc porte, revêtement de mur, coffre de volet roulant, cloison, entrée d'air, etc.).

Pour les façades légères, le CSTB dispose d'un banc d'essais unique en France. Il mesure la contribution des façades légères à l'isolement au bruit aérien entre les pièces.

Les vibrations aux jonctions de parois, lourdes ou légères, peuvent également être testées. Soit sur des maquettes à échelle réelle en laboratoire, soit in situ dans des conditions spécifiques.

« Voir le son » : une méthode spécifique pour étudier les éléments complexes

L'imagerie acoustique permet d'appréhender le comportement vibro-acoustique d'éléments complexes, étudiés en vraie grandeur (4 x 3 m²). À toutes les fréquences voulues, on peut visualiser les niveaux de vibration, de pression et d'intensité acoustique, en identifiant les sources. Très utile pour connaître les parties les plus faibles du point de vue acoustique, d'éléments hétérogènes assemblés (panneaux juxtaposés par exemple). Le CSTB réalise ces essais spécifiques grâce à son banc de mesure de phonoscopie.

Le coefficient d'absorption acoustique

Pour améliorer la santé et le confort dans le bâtiment, mais aussi à proximité d'une route à fort trafic, le CSTB travaille sur la réverbération du son. Il mesure la capacité d'un élément à diminuer ce phénomène, qu'il s'agisse d'un composant du bâtiment (écran sous toiture, enduit, isolant, panneau, structure bois, etc.) ou d'un écran routier.

Dans une salle de spectacles, la diffusion du son joue un rôle important. Pour assurer sa qualité, il faut notamment connaître la qualité diffusante réelle des matériaux de construction et des diffuseurs de son utilisés dans la salle. Pour cela, le CSTB dispose d'un banc de mesure en salle réverbérante.

Le niveau de bruit de choc

Le CSTB mesure la contribution d'un plancher à réduire les bruits de choc lorsque quelqu'un marche, que des enfants jouent ou que l'on traîne des chaises dessus.
Les revêtements de sol (carrelage, revêtement textile, etc.) ou les chapes flottantes, placés sur un plancher standardisé, lourd ou léger, peuvent également être testés.

Le niveau de bruit de pluie

Le CSTB mesure le niveau de bruit provoqué par la pluie qui tombe sur les éléments de couverture d'un bâtiment (panneaux de vérandas, toitures, fenêtres de toit, exutoires, lanterneaux) ou d'une automobile (pare-brise).

Le niveau de bruit émis par les équipements aérauliques et hydrauliques

Le confort sonore d'un bâtiment repose notamment sur la qualité acoustique des équipements de ventilation et sanitaires en usage. Ainsi le CSTB réalise différentes mesures :

  • le niveau de puissance acoustique d'un équipement aéraulique
    Le CSTB mesure le bruit généré par une bouche d'extraction ou par un groupe d'extraction, traversé par un flux d'air donné ;
  • le niveau de pression acoustique d'un équipement hydraulique
    Le CSTB mesure le bruit généré par tous types de robinetteries utilisés dans les installations de distribution d'eau d'un bâtiment ;
  • le niveau de bruit généré par les conduits d'évacuation d'eaux usées
    Le CSTB mesure le bruit structural et aérien rayonné par les conduits d'évacuation (droits, avec dévoiements verticaux et en soffite) pour différents débits d'eau (0,5 ; 1 ; 2 et 4 litres par seconde) ;
  • la « diminution du bruit » liée à l'insertion d'une gaine technique autour des conduits d'eau
    Le CSTB réalise un essai spécifique qui caractérise la performance d'une gaine technique à atténuer le bruit généré par un conduit d'évacuation d'eau.
    Les conduits d'eau peuvent également être équipés de systèmes d'isolation de tuyaux, clapets et brides dont l'effet sur le bruit structural et le bruit aérien rayonnés peut être évalué.

Une gêne sonore à l'intérieur ou à proximité d'un bâtiment soumis au vent ?

Des nuisances sonores peuvent intervenir lorsque le vent fait siffler des éléments de façade (brise-soleil, garde-corps, coursives) d'un bâtiment de grande hauteur ou à l'architecture complexe.
En amont des projets, le CSTB propose son expertise pour prévenir l'apparition de ce type de nuisance, à l'aide d'une analyse croisée aérodynamique/acoustique et si nécessaire d'essais au sein de sa soufflerie Eiffel.
Le CSTB peut aussi intervenir en cas de problème, grâce à une balise aéroacoustique. Mobile, dotée d'une caméra et d'une station météo, celle-ci enregistre les bruits sur place. Les experts étudient ainsi le phénomène et proposent des essais en soufflerie adaptés à sa résolution.