Rénov’Santé

Lettre CONTACT #6

Évaluation des effets de la rénovation énergétique sur la santé des ménages précaires

Téléchargez au format PDF
Img Detail

Le CSTB participe à une étude sur les effets de la rénovation énergétique sur la santé perçue et la consommation de soins des ménages en situation de précarité énergétique.

Menée par l’Observatoire régional de la santé (ORS) Auvergne-Rhône-Alpes, l’association Soliha (Union régionale, Ardèche, Loire, Puy-de-Dôme, Isère et Savoie), les Compagnons Bâtisseurs Rhône-Alpes et Auvergne, la Chaire Hope et le CSTB, elle a pour objectif de déterminer l’impact réel de la rénovation énergétique sur la santé des occupants des passoires thermiques.

Elle s’appuie sur une première étude, réalisée en 2016, sur un échantillon réduit de ménages, en région Occitanie, par le Centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes défavorisées et l’ORS Languedoc-Roussillon. Cette étude avait permis de constater une amélioration de la santé perçue par un quart des adultes, la diminution du nombre de visites médicales et la baisse des dépenses en médicaments psychotropes pour plus de la moitié du groupe. L’ORS Auvergne-Rhône-Alpes a voulu affermir ces résultats par une étude similaire, mais de plus grande ampleur, en s’associant à plusieurs partenaires, dont le CSTB, qui est sollicité pour évaluer :

  • la performance globale des logements (collectifs et maisons individuelles) avant et après travaux de rénovation énergétique via la méthode QSE* du programme PROFEEL** ;
  • les gains associés à une meilleure santé des résidents, en quantifiant monétairement la réduction du risque de morbidité résultant d’une meilleure efficacité énergétique. La valorisation de cette morbidité se base sur trois paramètres : la perte de bien-être engendrée par la maladie, la perte de production (absence/réduction de revenu) pour les individus, les coûts médicaux supportés par la Sécurité sociale pour chaque pathologie développée (bronchite chronique, arthrose, anxiété et dépression, maux de tête et migraines).

En 2023, deux types de questionnaires ont été envoyés à 175 ménages par l’ORS afin de connaître les caractéristiques de leurs logements, le type de travaux à effectuer et les principales données concernant leur recours au soin. La méthode QSE (instrumentation des logements) a été déployée dans un sous-échantillon de dix logements. Le traitement de ces premières données « avant travaux » est en cours. Le recueil des données « après travaux » débutera début 2025.

 

*La méthode Qualité sanitaire et énergétique (QSE) englobe l’étude de la qualité de l’air intérieur (confinement de l’air, pollution chimique, biologique et particulaire), le confort des occupants (thermique, acoustique, visuel et olfactif) et les consommations énergétiques.

**Programme PROFEEL


Pour en savoir plus RÉNOV’SANTÉ 

Nous utilisons des cookies destinés à [améliorer la performance de ce site] et [mesurer la fréquentation de ce site].
Pour en savoir plus sur notre politique cookies cliquez ici