Qualité des Environnements Intérieurs

Lettre CONTACT #6

Téléchargez au format PDF
Img Detail

Les agents chimiques et biologiques présents dans l’air, le bruit, les vibrations, l’environnement hygrothermique, la lumière et, plus largement, les rayonnements électromagnétiques, constituent un ensemble de facteurs déterminants pour le confort et la santé des occupants. Pour répondre correctement à ces enjeux sanitaires et de bien-être, il est nécessaire d’appréhender de manière globale l’ensemble de ces paramètres constitutifs de la Qualité des Environnements Intérieurs (QEI).

Le programme de recherche « QEI » mené par le CSTB comporte deux ambitions majeures : apporter de nouvelles connaissances, dont une part pourra fonder le socle de futurs référentiels de qualité ou de réglementation, et développer des indicateurs, des méthodes et des outils transférables aux acteurs de la construction pour les aider dans la conception, la réalisation et l’exploitation d’espaces intérieurs de qualité. Notre démarche, qui se construit autour de la mesure, de la modélisation, de la structuration de données et de la construction d’indicateurs, s’appuie sur des approches pluridisciplinaires et place résolument l’humain au cœur de la réflexion.

Le programme QEI poursuit l’approfondissement des connaissances thématiques et investigue le « cocktail intérieur » que constituent les différents paramètres physicochimiques et physiologiques, via une démarche systémique qui place l’occupant au centre de l’analyse. Aucun capteur d’ambiance n’est plus sensible qu’un humain doté d’une multitude de capteurs sensoriels et d’une extraordinaire capacité d’adaptation et de régulation dynamique. C’est donc par des approches couplées de mesures physiques, physiologiques et d’analyses sensorielles que nous appréhendons la complexité des environnements intérieurs pour affiner les outils de modélisation et rendre les indicateurs plus explicites et efficients. Pour une application opérationnelle, nous travaillons à les rendre plus accessibles en visant la définition d’indicateurs agrégés.

L’acquisition des données d’environnement intérieur et leur capitalisation en bases de données structurées sont essentielles à l’enrichissement de la connaissance des états existants et permettent d’évaluer leur évolution au cours du temps. Forts de l’expérience de plus de vingt ans d’observation via l’OQAI*, et convaincus de l’importance de l’ensemble des paramètres des environnements intérieurs comme déterminants pour le confort et la santé, l’ANSES et le CSTB travaillent à la demande de l’Etat à la mise en place d’un futur Observatoire de la Qualité des Environnements Intérieurs (OQEI). Le croisement de données à différentes échelles - bâtimentaires (OQAI/OQEI, Base de données nationale des bâtiments…), urbaines ou territoriales – permet, en outre, de mieux comprendre et modéliser l’interaction des environnements extérieurs et intérieurs. Enfin, le couplage de ces bases de données à des mesures en temps réel et des modèles déterministes ou probabilistes ouvre à de nouvelles applications et services pour une meilleure gestion des bâtiments.

Img Detail

Notre démarche, [...] s’appuie sur des approches pluridisciplinaires et place résolument l’humain au cœur de la réflexion.

Sophie Moreau
Directrice de Domaine d’Action Stratégique Recherche

Appui scientifique et technique de CAP 2030, Groupement d'intérêt écologique, le CSTB contribue, par ailleurs, aux côtés des professionnels de la filière, à faire émerger un cadre commun de référence qui pourrait élargir l’actuel champ réglementaire de la RE2020 à d’autres aspects environnementaux. Il copilote notamment, avec l’Alliance HQE-GBC, le groupe de travail n°4 sur la qualité de l’environnement intérieur qui profite ainsi des apports de la recherche. Il valorise notamment les acquis de l’OQAI ou de programmes de recherche précédents, tels que QUARTET, projet du programme PROFEEL** qui développe une méthode simplifiée de mesure de QEI, ou ALDREN-TAIL, projet européen financé dans le cadre du programme Horizon 2020 qui pose les bases d’indicateurs de confort agrégés.

Le programme QEI optimise et assemble différents codes de calcul, en vue de la création d’une plateforme logicielle interopérable autour du cœur MATHIS. Cet outil (open source) de simulation thermo-aéraulique connecte des modules de qualité de l’air intérieur, d’acoustique, d’éclairage, et vient s’articuler avec un modèle neurophysiologique de confort thermique.

Les données, l’amélioration des modèles et l’approche pluridisciplinaire sont autant de bases solides pour encourager des rapprochements avec la recherche médicale pour mieux appréhender les enjeux de santé associés au cadre bâti. À ce titre, le CSTB engage des collaborations avec l’INSERM et Santé Publique France pour étudier cette thématique dans un contexte de changement climatique qui modifie drastiquement les expositions.


(*) OQAI Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur https://www.oqai.fr/fr (**) Le programme PROFEEL, financé dans le cadre du dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE), est mené depuis 2018 par 16 organisations professionnelles du bâtiment, pour contribuer collectivement à l’accélération et la fiabilisation des rénovations énergétiques. Les programmes PROFEEL 1 et 2 dénombrent 17 projets qui produisent une collection d’outils pour l’amélioration des pratiques professionnelles sur le marché de la rénovation énergétique, et le déclenchement d’opérations performantes. L’AQC en assure la coordination globale et le secrétariat

Nous utilisons des cookies destinés à [améliorer la performance de ce site] et [mesurer la fréquentation de ce site].
Pour en savoir plus sur notre politique cookies cliquez ici