Archives

Un marbre translucide en double-peau pour la médiathèque de Béziers

Héritières des façades épaisses, les façades double-peau sont composées de parois vitrées séparées par une lame d’air ventilée large d’une dizaine de centimètres à plus d’un mètre d’épaisseur. Elles ont le grand avantage de constituer une zone tampon entre l’extérieur et l’intérieur du bâtiment, atténuant ainsi les bruits urbains et assurant une certaine protection contre les vents violents ou les chaleurs estivales.

En tant qu’instruments non négligeables d’économie de climatisation grâce à la ventilation naturelle, à l’intégration de stores dans la lame d’air ou à l’utilisation sur la paroi extérieure de matériaux filtrant les rayons solaires, les façades double-peau sont de plus en plus utilisées par les maîtres d’œuvre qui saisissent l’opportunité de réaliser des architectures plastiquement novatrices. L'existence de deux parois distinctes permet la dissociation des fonctions : la paroi intérieure assure l’isolation et l’étanchéité pendant que la paroi extérieure devient un terrain d’expérimentation architectonique. Et c’est assurément l’une des raisons essentielles qui a motivé le choix typologique de la façade ouest de la médiathèque André Malraux. L’association du verre et du marbre de faible épaisseur n’aurait pas été techniquement envisageable en vitrage isolant simple-peau.

La paroi extérieure de la façade ouest de la médiathèque forme un écran multi-modulaire rapporté devant le mur rideau des espaces intérieurs de travail. Constituée de panneaux non jointifs et largement perméables à l’air, elle s’éloigne nettement de l’image des façades traditionnelles ou des façades double-peau conçues comme un bloc unitaire continu. Ce filtre à lumière griffé "haut de gamme" est composé de panneaux de 65 cm de haut, chacun constitué d’une plaque de marbre prise en sandwich entre deux intercalaires PVB et deux verres recuits ou durcis de 8 mm. Décollée du sol de plus de 7 mètres, la paroi extérieure est entièrement reprise par les très discrets montants en acier suspendus à l’acrotère. Les traverses sur lesquelles sont posés les caillebottis d’entretien assurent le contreventement de l’ensemble.

 

Quelques millimètres d’épaisseur

Plus généralement, le bâtiment s’articule autour d’un patio arboré sur un ancien terrain militaire du centre-ville reconquis par la commune. Il s’inscrit dans une démarche HQE. A l’opposé de la façade ventilée côté est, la façade d’entrée double-peau, qui clôt la perspective d’une vaste place centrale, cultive une certaine ambivalence. Massive et décorative à la fois, elle dissimule assez clairement le jour ce qu’elle refuse de laisser voir complètement la nuit.

L’objectif était de fabriquer un matériau de façade translucide. La perception de l’intérieur de la médiathèque, depuis la place, devait être plus ou moins marquée selon la course du soleil. Autrement dit, les textures et les aspects nocturnes et diurnes de l’édifice devaient être différents selon les variations d’intensité lumineuses intérieures ou extérieures (jeux d’ombre et reflets). Pour Joost Theunis, la difficulté technique majeure résidait précisément dans la fabrication du complexe feuilleté, objet des convoitises esthétiques."Les plaques de marbre de quelques millimètres d’épaisseur incorporées au feuilletage sont particulièrement fines – et donc très cassantes - par rapport à celles qui sont traditionnellement mises en œuvre, souligne-t-il. L'association au verre a permis d’obtenir une résistance mécanique suffisante dont la fabrication a été contrôlée et vérifiée par des essais." Des essais de durabilité du matériau composite sur une maquette à l’échelle 1 ont ainsi été effectués grâce au laboratoire de vieillissement artificiel du CSTB. "Il s’agissait d’évaluer dans le temps l’absence d’altération significative, de décollement du feuilletage comme risque de désordre et le maintien de la sécurité ", précise Jean-Louis Galéa, responsable de cette ATEx au CSTB. Pour l’ancienne entreprise familiale du nom de son fondateur Josef Gartner, aujourd’hui filiale de Permasteelisa, l’aventure ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. De nouveaux projets devraient bientôt voir le jour sous l’égide d’une expérience fraichement acquise.

Fiche technique

  • Maîtrise d’Ouvrage : CABEME (Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée), SEBLI
  • Maîtrise d’œuvre : Wilmotte & Associés - Moget-Gaubert
  • Bureau de contrôle : SOCOTEC
  • Livraison: juillet 2008
  • SHON : 7982 m²
  • Hauteur : R+3