Projet TERIA : pour concilier confort thermique et acoustique

Contact

Disposer de produits qui proposent à la fois un confort thermique et acoustique relève souvent du mouton à cinq pattes... Car le choix se fait souvent au détriment de l'une ou l'autre performance.

Cas typique de "l'ambigüité" de l'association confort thermique et confort acoustique : l'utilisation de rupteurs de ponts thermiques, qui par rapport à la solution traditionnelle, modifient les chemins de propagation des vibrations sonores d'un étage à l'autre et favorisent la transmission… d'une façade à l'autre. Un effet collatéral qu'il convient de corriger en mettant en œuvre des complexes de doublage thermo-acoustique intérieurs. Autre choix délicat à faire : celui de l'isolement acoustique des bâtiments situés en zone de bruit routier, ferroviaire ou aéroportuaire. Si la façade est bien dimensionnée, l'isolement y sera généralement acquis dès lors que toutes les fenêtres sont fermées ; mais comment assurer alors une sur-ventilation indispensable à un bon confort d'été ?

« Le compromis a pu être atteint dans le cadre d'un programme de recherche européen lancé en 2005 et auquel a participé le CSTB : le programme Teria », explique Jacques Roland, Directeur du département Acoustique et Eclairage du CSTB. Le prototype a été testé sur site dans des habitations à proximité de deux grands aéroports. Il consiste en une fenêtre isolante classique mais disposant en partie basse de trois orifices de 20 cm sur 13 cm que l'on peut ouvrir pour faire pénétrer l'air. Autre spécificité : ces orifices sont équipés non seulement de matériaux absorbants mais également de hauts parleurs diffusant un "contre bruit", c'est-à-dire une onde acoustique qui empêche le bruit extérieur d'entrer ! La combinaison de ces deux techniques d'absorption du bruit, passive et active, permet d'augmenter de façon significative l'isolement global de la fenêtre aux bruits extérieurs tout en maintenant une ventilation équivalente à celle d'une fenêtre entre-ouverte. Les mesures réalisées sur site aux passages d'avions ont notamment montré un isolement normalisé DnT de 33 dB(A). Une fonction de ventilation naturelle donc qui n'oblige plus au choix cornélien entre confort thermique ou confort acoustique...

Fenêtre hybride sur site (Milan-Malpensa)
Courbes de contrôle des performances mesurées sur site en conditions réelles, orifices ouverts : l'indice d'isolement moyenné sur plusieurs passages d'avion est de 33dB(A) avec « contre bruit » (courbe bleue) et 25 dB(A) sans « contre bruit » (courbe rouge)
Niveaux de bruit Leq en dB(A) mesurés au cours du temps à l'extérieur en façade (courbe bleue) et à l'intérieur dans la pièce d'écoute (courbe rouge), lors d'un passage d'avion. Le «contre bruit» est actif durant les 12 premières secondes puis désactivé, puis réactivé après 16 secondes